Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali
Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali
Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali
       
Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali
Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali


POLITIQUE      ► HISTOIRE

Histoire de la Principauté de Monaco

Au VIème siècle av. J-C, une tribu ligure habite la région qui aurait donné son nom à Monaco.

Après les Phéniciens, du IIème siècle avant J-C au Vème siècle de notre ère, les Romains s’installent dans la région. Ils utilisent la rade de Monaco qui a pris le nom de Portus Herculis Monoeci (Port Hercule).

Du début du VIème siècle à la fin du Xème siècle la région subit de nombreuses invasions et ce n’est qu’en l’an 975 que le Comte de Provence réussit à repousser les Sarrasins marquant ainsi le début d’une ère nouvelle.

Une dynastie vieille de 700 ans

En 1162, Gênes voit son autorité reconnue par l’Empereur Frédéric Ier Barberousse sur la côte ligure, depuis Porto Venere jusqu'à Monaco. En 1191, l'Empereur Henri VI concède enfin à Gênes le Rocher de Monaco, son port et les terres adjacentes. Les Génois installent une colonie sur le Rocher et construisent un château-fort (1215), qui devient le poste frontière à l’ouest de la République.

En 1270, une guerre civile à Gênes met aux prises les Guelfes, partisans du Pape et les Gibelins, partisans de l’Empereur romain germanique. A la suite d'une victoire de ces derniers, de nombreuses familles guelfes sont exilées parmi lesquelles celle des Grimaldi.
Cette puissante famille de patriciens génois, par sa persévérance, déjouerales ruses de l’Histoire et s’ enracinera sur le Rocher deMonaco au tournant de la société médiévale.

Charles Grimaldi, chef des Guelfes, occupe le Rocher le 12 septembre 1331 et ne prend le titre de "Seigneur de Monaco" qu'en 1342.

En 1346 et en 1355, les Grimaldi font l’acquisition des Seigneuries et fiefs de Menton et Roquebrune. Ce sont ces seigneuries, avec celle de Monaco, qui constitueront le territoire de la Principauté de 1633 à 1861.

Avant de mourir en 1454, Jean Ier prend des dispositions testamentaires fondamentales, qui vont constituer, pendant cinq siècles, la base du règlement successoral dans la Maison deMonaco.Il édicta que la succession se ferait par les mâles, par ordre de primogéniture; à défaut seulement, les femmes seraient appelées, à la condition que leurs descendants prennent le nom et les armes des Grimaldi.

Les alliances conduiront les Seigneurs de Monaco à être proches de la France, à lutter contre Naples, à être sous la protection de l'Espagne de 1524 à 1641, avant que, par le traité de Péronne (1641), Louis XIII, roi de France, replace définitivement la Principauté dans la mouvance française.

C'est la chancellerie espagnole qui a reconnu, en 1633, le titre de Prince de Monaco utilisé, dès 1612, par Honoré II dans la formule de ses actes notariés. Le traité de Péronne prononce l’attribution des fiefs du Valentinois, de Carladès, des Baux, de Saint-Rémy au Prince Honoré II et à son fils. Louis Ier promulgue, en décembre 1678, les statuts juridiques de la Principauté ou "Code Louis" .Le rattachement en 1793 de “Fort d'Hercule” à la France ne durera pas, les droits et prérogatives des Princes étant restaurés par le traité de Paris de 1814.

Charles III concède à la France es droits sur Menton et Roquebrune par le traité du 2 février 1861, dont une clause prévoyait la création d'uneunion douanière entre les deux Etats. Celle-ci sera conclue en 1865.

Principauté de monaco

Principaute de monaco

statue monaco


La Société des Bains de Mer est créée en 1856 ainsi que le Casino. Plusieurs hôtels sont construits sur le plateau des Spélugues auquel en 1866 est donné le nom de Monte-Carlo (Mont-Charles, d'après le nom du Prince régnant).

Son fils le Prince Albert Ier surnommé le “Prince Navigateur” ou “le Prince Savant”, fait accomplir de grands progrès aux sciences de la vie.
Il fonde à Monaco, en 1910, le célèbre Musée Océanographique, qu'il léguera par testament à l’Institut Océanographique créé par lui à Paris.

En 1911, il donne à Monaco une organisation constitutionnelle. L'Institut de Paléontologie Humaine,dédié avant tout à la recherche,est inauguré à Paris en 1920.

En 1922, le Prince Louis II lui succède. Sous son règne est créée, en 1933, "la Commission médico-juridique de Monaco” qui esquisse les bases des Conventions de Genève de 1949.
Entre-temps, le 8 juillet 1948, la Principauté adhère à l'Organisation mondiale de la santé.

En 1949, le Prince Rainier III
monte sur le Trône. Son règne est l’un de ceux qui ont le plus transformé laPrincipauté. Il intensifie et diversifie les actions mises en oeuvre pendant les trois règnes précédents, aussi bien dans les domaines politique, diplomatique, international, économique et social que dans ceux de l'éducation et du sport, de la santé, de la science, de la culture et de la communication. Il y ajoute unedimension industrielle.

Le 17 décembre 1962, Il dote la Principauté d'une nouvelle Constitution.

En 1993, Il obtient l'admission de Monaco comme Etat membre de l'Organisation des Nations-Unies.

Le 5 octobre 2004, après un processus de six ans, la Principauté de Monaco adhérait au Conseil de l'Europe comme 46ème Etat membre de cette Organisation. Lors de la cérémonie officielle à Strasbourg le Prince Albert déclarait notamment au nom du Prince Rainier III, Son père : « L'admission de la Principauté de Monaco au Conseil de l'Europe est pour moi-même, comme pour tous mes compatriotes, un sujet de légitime satisfaction et de fierté ». «Je suis heureux que Monaco soit accueilli au sein d'une Organisation animée de si nobles aspirations, riche de la diversité des peuples qu'elle représente».

Le 12 juillet 2005, le Prince Albert II monte sur le Trône et succède à son père Rainier III, décédé le 6 avril 2005. Lors de son discours d’Avènement, le Prince Albert II fixe les nouvelles orientations et priorités pour le développement de la Principauté. Au premier plan, l’action pour la défense de l’environnement, le développement éthique de l’activité financière afin de construire à Monaco un pôle de référence dans le domaine bancaire, ainsi que le renforcement des relations internationales et la contribution aux arts et à la culture.

En juin 2006, dans cette logique de protection de l’environnement, Albert II annonce la création dela Fondationqui porte son nom, la « Fondation Prince Albert II de Monaco » qui œuvre pour l’environnement et le développement durable. Trois axes prioritaires sont définis pour la Fondation : la protection de la biodiversité, les changements climatiques et l’accès à l’eau.

En juillet 2006, le Prince Albert II lance le projet d’extension en mer du territoire de la Principauté. Une urbanisation d’une superficie d’environ 12 hectares gagnés sur la mer par la construction d’une plate-forme off-shore qui accueillera en 2015 des logements, commerces, entités de services publics, espaces verts et un grand équipement d’ambition culturelle : le futur Nouveau Musée National de Monaco.

Le développement des relations internationales et diplomatiques figure parmi les prioritésdu Souverain. Le Prince Albert II multiplie les déplacements à l’étranger afin d’établir des relations plus étroites avec les pays concernés (France, Italie, Tunisie, Slovénie…).

Les consulats français et italien sont élevés au rang d’ambassade en Principauté. Le Saint-Siège, la Suisse et la République Populaire de Chine sont également représentés par des ambassadeurs à Monaco. Des demandes d’accréditation d’ambassadeurs ont aussi été formulées par les Etats-Unis, la Belgique, la Bosnie-Herzégovine, La Thaïlande, les Philippines… Le réseau des représentations monégasques à l’étranger est également consolidé avec la nomination d’ambassadeurs à Washington et à Londres.

POLITIQUE      ► HISTOIRE

Consulat honoraire de la principaute de monaco au mali